Le Domaine

Les vins du Domaine de la Mermière sont l’expression d’une nature travaillée avec ferveur et authenticité par des hommes et des femmes qui offrent le meilleur d’eux-mêmes pour récolter ses bienfaits.

Les hommes et les femmes


Christophe Batardon

Christophe est un homme rigoureux, exigeant, passionné par la terre. Il a à cœur de s’exprimer en la travaillant sous toutes ces formes. Il se baisse  pour cultiver des légumes,  grimpe aux arbres  quand la vigne le lui permet.

Après une solide formation viticole, Christophe a obtenu un diplôme d’ingénieur Oenologue.

Début 2016, de retour d’un long et beau voyage,  il intègre le domaine à 20 %.

En 2017, il devient directeur du Domaine.


Justine Batardon

Après une solide formation de pépinièriste, Justine est partie découvrir le monde.

Apprentie en viticulture  depuis septembre 2016 , elle travaille aujourd’hui au Domaine de la Mermière avec enchantement. Elle était de la nuit, aujourd’hui dur…dur, elle doit se lever au petit matin. Mais sa  créativité, sa belle énergie et son sens du lien avec les autres lui permettent d’apprendre dans la joie.


Yves Batardon

Yves Batardon a repris la destinée du Domaine de la Mermière en 1990.
C’est un vrai terrien ! Lorsqu’il ne travaille pas la vigne, il grimpe monts et merveilles pour dormir à la belle étoile, sous tente lorsque l’air est trop humide, ou en cabane lorsqu’il y a de la neige. Là, il est en symbiose avec le sol, la nature et… la terre lui parle. A son retour, les idées fusent pour améliorer et innover dans le
domaine qu’il connaît le mieux, la viticulture dont il a fait sa passion.
Il se sent dépositaire de la terre qui l’a vu naître et agit avec respect pour que s’épanouissent les fruits issus de son terroir.

Christian Guyot
Christian Guyot

Christian Guyot est l’œnologue responsable de la vinification des vins du domaine.

Rigoureux et méthodique, il perçoit les qualités et les défauts d’une récolte. Par sa fine analyse sensorielle et son savoir-faire, il met en exergue les spécificités de chaque cépage.

Il est associé au suivi de la maturation du raisin et travaille en étroite collaboration avec Yves pour développer des vins de qualité.

«Le meilleur vin se fait en premier lieu à la vigne.»


Abel Pereira

Abel Pereira est employé viticole depuis seize ans au Domaine de la Mermière.
Il se donne avec ardeur au travail de la vigne : de la plantation de nouveaux cépages jusqu’à la récolte en passant par l’effeuillage, l’éclaircissage et la taille.
Exigeant, il veut toujours faire mieux. Compétent, il propose des solutions pour parvenir à ses fins.
Le dévouement d’Abel Pereira est une des richesses humaines du Domaine. Il est chef de culture depuis 2005.

« Avec tout ce qu’on travaille à la vigne, l’eau peut bien se changer en vin. »


Axelle Maison

Apprentie au Domaine depuis septembre 2014 , sa joie d’être là, sa belle énergie
et son envie d’apprendre font du bien à la Mermière.
En plus Axelle conduit déjà les tracteurs telle une virtuose du volant.
Ok on y va! Au soleil comme sous la pluie…
Pour bien faire avec Abel, on fait la paire.


Grégoire Putallaz

Employé à temps partiel depuis 10 ans.
Gregoire est appliqué à la vigne et passionné par la nature.
il n’arrive jamais en retard…

« La vigne ne peut pas attendre. »


Isabel Neves
Carlos Neves
Bruno Bothelo

L’équipe des effeuilleurs travaille avec nous depuis de nombreuses années. Ils régulent le feuillage et la charge des ceps de mai à juillet.
Ce sont les indispensables petites mains du Domaine.


L’équipe des vendangeurs

Ils viennent de tous les horizons ! Certains globe-trotters profitent du moment pour faire une halte qui leur permettra de continuer leur chemin, mais la plupart sont des gens de Genève, des alentours ou d’ailleurs qui prennent des vacances pour venir vendanger.

Parmi eux, Nas, notre chef branteur depuis 25 ans.
Cette équipe insuffle une énergie positive à la récolte.
La joie d’être ensemble permet à chacun d’affronter le dur labeur des vendanges.

Leur travail est primordial. Il doivent respecter des consignes spécifiques de tri pour chaque cépage. Accroupis, sécateurs en main entre rire et chanson, ils doivent couper vite et bien, ceci malgré le mal de dos et petit bobo (aie! je me suis coupé ).

« C’est le fruit d’une saison qu’ils récoltent entre leurs mains ! Pour leur en faire prendre conscience, chaque jour après avoir cueilli une variété de raisins, nous dégustons, avec le repas de midi, son émanation en vin du millésime précédent. »

« Revenir chaque année à la même période, c’est un pèlerinage auquel on prend goût. »